Historique, Littérature Française, Seconde Guerre Mondiale

« L’Ordre du Jour » – Eric Vuillard (2017)

couv42068697
Editions : Actes Sud / Sortie : 2017 / 160 Pages / 16,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

« Les plus grandes catastrophes s’annoncent souvent à petits pas. »

MON AVIS

C’est le tout premier Prix Goncourt que je tente de lire. Je n’en n’avais jamais lu. Mais celui-ci m’intéressait plutôt bien avec son côté historique. Malheureusement, je n’ai pas accrochée plus que ça. Et pourtant, mes amies savent à quel point j’aime bien lire des romans sur la Seconde Guerre Mondiale. Il se lit assez vite, il est court (160 pages). On peut plutôt le voir comme un essai littéraire que comme un roman. Surtout qu’il n’y a pas beaucoup de dialogues. C’est surtout un texte relatant certains faits historiques. Mais c’est extrêmement pointu. Il fallait souvent que j’aille regarder les définitions de certains mots dans le dictionnaire. Ce n’est donc pas une lecture agréable. C’est un peu trop littéraire pour moi, j’ai eu beaucoup de mal.

Mais en dehors de ça, c’est très intéressant à lire. J’ai appris pas mal de choses concernant la Seconde Guerre Mondiale que je ne savais pas avant d’avoir lu le livre. On a en effet pas mal d’anecdotes sur le nazisme et sur Hitler. Donc cela reste quand même instructif. On y découvre certains mystères et certains critères qui se sont passés, qu’on ne soupçonne peut-être pas. On comprend un peu mieux la misère et la peur qu’ont pu vivre les gens à cette époque.

Mais comme je le disais, ce fut un lecture un peu difficile pour moi. Ce n’est vraiment pas un coup de coeur, et je ne pense pas lire d’autres livres de l’auteur, car je n’accroche pas vraiment avec son style d’écriture. Ou alors peut-être 14 Juillet qui était sorti en 2016 et qui lui aussi aborde un côté historique. On ne sait jamais, j’accrocherai peut-être un peu plus avec celui-ci. Quant à lire un prochain Goncourt ? Pourquoi pas, mais il faudra, encore une fois, que le sujet soit intéressant à mes yeux.

Alexandra

Publicités
Coups de Coeur, Historique, Littérature Française, Seconde Guerre Mondiale

« HHhH » – Laurent Binet (2010)

IMG_6318
Editions : Le Livre de Poche / Sortie : 2017 / 448 Pages / 9.90€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Laissez-vous transporter dans la tourmente de la Deuxième Guerre Mondiale, à Munich, Berlin, Londres, Paris, Kiev, faites un petit détour par le Moyen Age et repassez par 2010 pour atterrir à Prague, en 1942. HHhH raconte l’histoire de l’attentat contre Heydrich et de la folle traque qui s’ensuivit pour s’achever dans une église au centre de Praguesept hommes soutinrent un siège de sept heures face à sept cent SS. Reinhard Heydrich, « l’homme le plus dangereux du IIIe Reich », était le bras droit d’Himmler mais chez les SS, on disait « HHhH », ce qui signifiait : « le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». A l’heure où le débat fait rage autour des rapports tumultueux entre Histoire et fiction (cf. l’affaire Lanzmann-Haenel), dévorez sans attendre ce roman étonnant qui reconstitue les faits avec une précision maniaque fondée sur un travail de documentation impressionnant mais qui se pose sans cesse la question, entre deux déflagrations : comment raconter une histoire vraie ?

« Un volcan d’adrénaline embrase le virage d’Holesovice. C’est le moment précis où la somme de micro-décisions individuelles, uniquement mues par les forces de l’instinct et de la peur, va permettre à l’Histoire de connaître l’un de ses soubresauts, ou de ses hoquets les plus sonores. »

MON AVIS

Enorme coup de coeur ! Je l’ai lu après avoir été voir le film que j’ai tout simplement adoré ! Je vous le conseille vraiment ! Je suis restée scotchée sur mon siège ! Plusieurs sentiments étaient la durant le film, dont la peur. On est tellement dedans, c’est incroyable ! Et le talent des acteurs ! Particulièrement de Jason Clarke, qui est un acteur que j’admire beaucoup

Et le roman est incroyable ! Vraiment ! Les chapitres défilent sans que l’on s’en rende compte. Laurent Binet nous embarque avec lui dans l’écriture de son roman, dans les moindre détails. On a l’impression d’être à Berlin, à Prague, avec tous ses allemands, avec les résistants. En plein coeur de cet évènement majeur de la Seconde Guerre Mondiale. S’il n’avait pas eu lieu, cela aurait été catastrophique ! L’écriture de Laurent Binet est juste parfaite. Il m’a donné envie d’aller à Prague, sur les lieux de cet évènement, et de visiter des musées. Ceux qui me connaissent le savent, je suis une passionnée de la Seconde Guerre Mondiale. J’adore étudier cette période pour moi. Et oui, je n’ai pas fait des études d’histoire pour rien. Je trouve cette partie de l’histoire fascinante, et c’était une superbe lecture. Et je suis contente que Laurent Binet partage cette passion. Il a fait une travail de documentation tout simplement impressionnant ! J’ai appris énormément de choses sur Heydrich.

Un roman d’une grande force ! Quand l’histoire rejoint la réalité !

Alexandra

Historique, Jeunesse, Numérique, Seconde Guerre Mondiale

« Et si j’aurais tué Adolphe » – Marcq Morin (2017)

et-si-j-aurais-tue-adolphe-505228-264-432
Editions : Librinova / Sortie : 2017 / 65 Pages / Ebook à 1,99€ / Note★★★★

L’HISTOIRE

L’histoire se passe lors de la Première Guerre Mondiale, dans une famille ouvrière. La maison est occupée par des militaires allemands. La fillette trouve un ami en la personne de Heinz, un « bochevique », quand survient un dénommé Adolphe qui prend ses quartiers dans la maison.  Le récit raconté d’une voix enfantine, avec ses fautes de français, devient poignant au fur et à mesure qu’il se découvre sous le regard innocent de l’enfance. On découvre qu’Adolphe Hitler fut cantonné lors de la Grande Guerre non loin de Lille. Il servait comme caporal  et portait à vélo les messages entre le quartier général et le front. Adolphe Hitler a effectué plusieurs tableaux représentant des lieux et des paysages du Nord. La légende dit qu’il aurait eu un fils d’une jeune cuisinière qui servait à la Kommandantur.

MON AVIS

C’est le tout premier livre numérique que je lis ! Et oui, je suis enfin passée à la liseuse !! Et c’est vraiment trop cool ! Cela va me permettre de lire beaucoup plus de livres, et particulièrement des livres qui me faisaient envie depuis trèèèès longtemps, et qui n’existaient que sous format numérique !

Bref, passons à la chronique de ce roman. J’ai bien aimé ! Nous sommes en pleine Première Guerre Mondiale, dans une petite famille ouvrière, en compagnie d’une petite fille, qui nous raconte cette guerre. Ce qu’il y a de très fort, c’est que l’on sent vraiment que c’est raconté à travers les yeux d’une enfant, avec l’écriture. Les phrases avec la mauvaise grammaire, les fautes, les mots mal prononcés comme « bochévique« . Et un certain Adolphe prend part à cette histoire. Et elle veut tuer Adolphe. Car il est méchant ! Un récit court, efficace, prenant et poingnant !

C’est un roman que j’ai ajouté à ma liste des lectures sur la Seconde Guerre Mondiale. J’adore étudier cette période pour moi. Alors un roman sur les débuts d’Adolphe Hitler, de sa montée, je me devais de le lire. Evidemment, c’est romancé, il y a de la fiction, mais c’est vraiment bien.

Alexandra