Historique, Littérature Française, Seconde Guerre Mondiale

« L’Ordre du Jour » – Eric Vuillard (2017)

couv42068697
Editions : Actes Sud / Sortie : 2017 / 160 Pages / 16,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

« Les plus grandes catastrophes s’annoncent souvent à petits pas. »

MON AVIS

C’est le tout premier Prix Goncourt que je tente de lire. Je n’en n’avais jamais lu. Mais celui-ci m’intéressait plutôt bien avec son côté historique. Malheureusement, je n’ai pas accrochée plus que ça. Et pourtant, mes amies savent à quel point j’aime bien lire des romans sur la Seconde Guerre Mondiale. Il se lit assez vite, il est court (160 pages). On peut plutôt le voir comme un essai littéraire que comme un roman. Surtout qu’il n’y a pas beaucoup de dialogues. C’est surtout un texte relatant certains faits historiques. Mais c’est extrêmement pointu. Il fallait souvent que j’aille regarder les définitions de certains mots dans le dictionnaire. Ce n’est donc pas une lecture agréable. C’est un peu trop littéraire pour moi, j’ai eu beaucoup de mal.

Mais en dehors de ça, c’est très intéressant à lire. J’ai appris pas mal de choses concernant la Seconde Guerre Mondiale que je ne savais pas avant d’avoir lu le livre. On a en effet pas mal d’anecdotes sur le nazisme et sur Hitler. Donc cela reste quand même instructif. On y découvre certains mystères et certains critères qui se sont passés, qu’on ne soupçonne peut-être pas. On comprend un peu mieux la misère et la peur qu’ont pu vivre les gens à cette époque.

Mais comme je le disais, ce fut un lecture un peu difficile pour moi. Ce n’est vraiment pas un coup de coeur, et je ne pense pas lire d’autres livres de l’auteur, car je n’accroche pas vraiment avec son style d’écriture. Ou alors peut-être 14 Juillet qui était sorti en 2016 et qui lui aussi aborde un côté historique. On ne sait jamais, j’accrocherai peut-être un peu plus avec celui-ci. Quant à lire un prochain Goncourt ? Pourquoi pas, mais il faudra, encore une fois, que le sujet soit intéressant à mes yeux.

Alexandra

Publicités
Coups de Coeur, Historique, Littérature Française

« Nous, Louis, Roi » – Eve de Castro (2015)

Sans titre 51
Editions : L’Iconoclaste / Sortie : 2015 / 218 Pages / 18,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

20 août 1715. Devant le bassin de Latone, dans le fauteuil à roues qu’il ne quitte plus, Louis XIV jette de la brioche à ses carpes. Ces poissons dorés sont immortels, l’émissaire du Japon le lui a juré. Pour la première fois, il songe qu’ils lui survivront. Depuis le début du mois, il a effroyablement maigri, et malgré la chaleur, il grelotte. L’enflure de son pied gauche a gagné le mollet, les élancements le taraudent. Les médecins ont diagnostiqué une sciatique, ils ne parlent pas de gangrène, mais au fond de lui, Louis sait. Le compte à rebours a commencé. Il lui reste dix-sept jours. Dix-sept jours pour faire le bilan. Solder les comptes. Avec les hommes. Avec Dieu. Dans Nous, Louis, Roi, Eve de Castro se glisse sous la peau d’un Roi Soleil vieillissant qui tombe le masque d’Apollon et se retrouve homme avant tout. Un ultime face à face, en forme de confession.

« Je sais dissimuler tout autant qu’éblouir. J’ai des masques adaptés à chaque personne, à chaque occasion. J’en porte plusieurs l’un sur l’autre, même quand je reste seul avec les garçons de la Chambre, je m’applique à faire bonne figure. Bonne figure. Je me demande à quoi ressemblerait mon visage démasqué. Je n’aurai jamais la réponse, heureusement. Je ne souhaite pas, au soir de ma vie, me regarder dans le miroir et rencontrer quelqu’un que je ne connais pas ».

MON AVIS

Mes amis le savent, je suis une grande pationnée de Louis XIV, de son règne, de son époque et de Versailles. Alors j’étais obligé de lire ce roman. Il était depuis un moment dans ma PAL, et je me suis enfin décidé à le sortir de là et à me plonger dedans ! Ce que je ne regrette absolument pas !

Ce fut une lecture incroyable ! Pour tous les passionnés de ce Grand Roi comme moi, vous allez adorer ! Louis XIV nous raconte ici les 17 derniers jours de sa vie. Avec ses doutes, ses réussites, ses questionnements, ses peurs sur l’avenir du Royaume, sur la mort, sur sa vie, ses héritiers, ses amours… C’est vraiment très très intéressant à lire. Moi j’y est en tout cas prit un très grand plaisir ! Je pense par contre que pour ceux qui ne connaissent pas assez la période, ou en tout cas pas assez bien les personnes de l’entourage de Louis XIV, c’est peut-être un peu compliqué de savoir ce qu’ils représentent pour le Roi. Car ce n’est pas vraiment expliqué.

Mais en tout cas, ce roman est un nouveau coup de coeur pour moi ! Je collectionne tous les livres qui traitent de Louis XIV et de Versailles. J’en ai sur d’autres sujets évidemment (ayant fait des études d’Histoire, beaucoup de choses m’intéressent) mais c’est en particulier cette période qui mintéresse au plus haut point !

Ce livre se lit vite, se lit bien, c’est très bien écrit. On se croirait vraiment avec le Roi, à son chevet, où l’on tiendrait le rôle de confesseur pour entendre tout ce que le vieux Roi à a nous dire. On écouterait attentivement ses confessions. On découvre l’homme derrière le Roi. On se sent proche de lui !

Alexandra

Contemporain, Littérature Française

« Linea Nigra » – Sophie Adriansen (2017)

couv20731950
Editions : Fleuve / Sortie : 2017 / 493 Pages / 19,90€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Ce roman est celui d’un amour naissant entre un homme et une femme. Ce roman est celui de cette femme bientôt mère. Et avant cela, enceinte. Entre ces deux états, un accouchement. Une fin et un début à la fois. La ligne noire verticale apparue sur le ventre de Stéphanie annonce ce tsunami, ce condensé fiévreux d’existence que provoque la maternité.

MON AVIS

J’avais adoré l’histoire du premier tome (voir ma chronique). Alors quand en début d’année un représentant est venu à la librairie est m’a donné le service presse de la suite, je ne pouvais qu’être contente. J’allais enfin savoir ce qu’était devenue cette jeune femme qui ne rêvait que d’une seule chose : devenir maman.

Alors je l’ai un peu moins appréciée que le premier. Tout simplement parce-que la nous sommes en plein dans la grossesse de cette jeune femme. Mais ce n’est pas ça qui m’a gênée. Mais le fait qu’il y avait certains détails sur la grossesse, des recherches sur des grossesses qui se sont mal passées, des maladies… C’était un peu trop dur à lire des fois. J’avais du mal. J’ai été obligée de faire une pause à un moment et de lire autre chose. Je vous assure que certains points ne me donnait asbolument pas envie d’avoir un enfant. Certains passages me faisait même peur en fait. Mais je parle uniquement de détails. Sinon c’était vraiment bien écrit et j’aimais beaucoup suivre la grossesse de Stéphanie.

Mais en dehors de ça, j’ai été ravie de retrouver les personnages, de voir ce qu’ils étaient devenus après tout ce temps. Retrouver Stéphanie était une joie, de voir sa rencontre avec Luc, et enfin sa grossesse tant attendue. Mais avoir un enfant ce n’est pas simple et elle a peur. On va donc la suivre tout au long de sa grossesse jusqu’à son accouchement et leur début de vie à trois.

J’aime toujours autant la plume de l’auteure et la façon dont son roman est traitée. C’est toujours sous forme de journal et ça se lit vite. C’est très facile à lire. La fin de l’histoire est émouvante, et j’espère que désormais, tout se passera bien pour Stéphanie, qu’elle a trouvée le bonheur et tout ce qui va avec.

Alexandra

Contemporain, Littérature Française

« Mon Gamin » – Pascal Voisine (2017)

mon-gamin-933063-264-432
Editions : Calmann Levy / Sortie : 2017 / 235 Pages / 17,50€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Pour la première fois depuis l’été de ses 17 ans, le chanteur Marc Adler-Olson retourne sur les lieux de son enfance, un village encerclé par les forêts de Picardie, où les six cents habitants côtoient depuis toujours les mille cinq cents patients de l’hôpital psychiatrique voisin. Le chanteur a donc grandi au milieu de gens différents, avec pour meilleur ami un handicapé mental de dix-huit ans son aîné, Francis, un jeune homme très gentil qui l’aimait plus que tout et l’appelait « mon gamin« . Il ne l’a jamais revu après l’été 1977, et il lui manque encore. Dans le bar-tabac de la rue principale, Marc croise un de ses copains d’enfance, surnommé « Mains-de-Marteau » pour sa tendance à faire usage de ses poings. « Tu sais, Marc, j’ai tout vu« , lui dit Mains-de-Marteau, et cette simple phrase replonge Marc dans ses souvenirs d’août 1977, l’été de ses premiers enthousiasmes musicaux et de ses premières sensations amoureuses, mais aussi l’été qui a fait dérailler sa vie.

MON AVIS

L’un des premiers romans que j’ai lu pour cette rentrée littéraire 2017. Ce n’est pas un coup de coeur pour moi. Dans l’ensemble j’ai plutôt bien aimé. Mais j’ai eu pas mal de difficulté au début du roman. Je n’arrivais pas à rentrer dedans, et c’était trop long. Mais j’ai décidée de continuer ma lecture, et finalement, j’ai bien fait. Car il a suffit d’un chapitre pour que tout change et j’ai dévorée toute la dernière partie ! Cela arrive avec certains livres, il ne faut pas lâcher l’affaire, on passerait à côté de bonnes histoires. En tout cas je félicite l’auteur pour qui c’est le premier roman, et c’est bien joué !

Une fois ce fameux chapitre dépassé, l’intrigue est prenante et on a envie de savoir tout ce qu’a vécu le personnage principal, ce qu’il a fait. C’est palpitant, mais aussi très tendre. Les relations entre certains personnages sont très émouvantes. On est prit d’affection pour eux. J’aime beaucoup aussi toutes les petites références à Elvis Presley (que j’aime beaucoup soit dit en passant haha). L’évolution du personnage principal est également intéressante. Le voir revenir sur les lieux de son enfance, sur les lieux où tout a commencé et où tout a changé (et je ne dirai pas pourquoi, c’est vraiment à découvrir). Les faits sont vraiment bien décrits, on est avec Marc, on veux savoir ce qui va lui arriver après tout ça. Comment il va s’en sortir. S’il y a des témoins. Donc, pas un coup de coeur, mais une très jolie lecture.

Alexandra

Contemporain, Historique, Littérature Française

« Le Secret de l’Empereur » – Amélie De Bourbon Parme (2015)

le-secret-de-l-empereur-653664
Editions : Gallimard / Sortie : 2015 / 320 Pages / 20,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

En 1555, l’Empereur Charles Quint annonce aux dignitaires des Pays-Bas qu’il abandonne le pouvoir et qu’il transmet sa couronne à son fils Philippe, pour rejoindre le monastère de Yuste, au fin fond de l’Estrémadure. Déçu par un idéal impossible à réaliser, épuisé par des voyages incessants à travers ses royaumes, il se retire du monde pour se consacrer à sa dernière passion, digne d’un prince de la Renaissance : les instruments de mesure du temps. Ce roman est le récit de son renoncement, un acte exceptionnel dans l’Histoire, qui frappe ses contemporains autant qu’il résonne par son étrange modernité. C’est aussi l’histoire de son règne et de son obsession pour une horloge mystérieuse, dont le fonctionnement et la finalité, soudain, lui échappent. Aucun des maîtres horlogers qui l’entourent ne peut percer le secret de cet incroyable mécanisme. Après avoir étendu son Empire de l’Europe aux Amériques, parviendra-t-il à percer l’insondable mystère du temps? Pourquoi l’homme le plus puissant d’Occident, empereur du Saint Empire romain germanique, qui s’est opposé de toutes ses forces à la montée de l’Empire ottoman musulman, décide-t-il de quitter le monde ?

MON AVIS

Voici un tout nouvel article pour le challenge de Piko Books pour la #RLN2017 (voir article en question). Il s’agit d’évoquer un coup de coeur d’une ancienne Rentrée Littéraire. J’ai donc choisi Le Secret de l’Empereur de Amélie De Bourbon Parme, qui était sorti lors de la rentrée littéraire de 2015. Ce fut ma toute première année en librairie, et donc l’un de mes premiers coups de coeur !

Moi qui sortait tout juste d’une licence d’histoire, ce roman ne pouvait que me plaire. On est ici sous Charles Quint, dans son intimité. Et il y a cette mystérieuse horloge dont on tente de percer le secret tout au long du livre. J’ai tout simplement adoré cette lecture.

Que peut bien signifier cette horloge ? Que renferme-t-elle ? Un danger, une prédiction ? On y voit également les relations difficiles entre Charles Quint et son fils Philippe. Mais surtout son amour pour les horloges, pour les appareils permettant de mesurer le temps qui passe. Il voit ressurgir « les vieilles horloges du passé« . Toute cette passion est son héritage. Mais son fils en voudra-t-il ? Du génie ! Plongez dans l’intimité de l’Empereur Charles Quint, et découvrez l’histoire d’une mystérieuse horloge.

Alexandra

Contemporain, Contes, Coups de Coeur, Littérature Française, Poésie, Romance

« Le plus petit baiser jamais recensé » – Mathias Malzieu (2013)

IMG_7069
Editions : Flammarion / Sortie : 2013 / 158 Pages / 17,50€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

L’histoire d’amour entre une fille qui disparaît quand on l’embrasse et un inventeur dépressif. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise. Aidé d’un détective à la retraite et d’un perroquet hors du commun, l’inventeur part à sa recherche.

« Dehors, il neigeait. En quelques heures, les floconfettis avaient recouvert le quartier. Le cirque d’hiver ressemblait à un gigantesque donut saupoudré de sucre glace et les bruits de pas s’assourdissaient sur les trottoirs. Les affichettes que je collais tous les jours sur les murs du quartier se changeaient en tartines de coton ou disparaissaient. l’enseigne électrique de la pharmacie palpitait à peine sous l’épaisse couche de givre. »

MON AVIS

Je suis une grande admiratrice de Mathias Malzieu. Chanteur et écrivain, c’est quelqu’un que j’admire énormément, pour son univers, sa plume si poétique, ses chansons aux paroles si uniques ! J’ai eu la chance de le rencontrer au salon du livre de Paris en 2016, et c’est quelqu’un de profondément gentil et humain. Et tout cela se ressent dans ses romans. Mon favoris reste La Mécanique du Coeur (que je vais très certainement relire au moment de Noël).

Mais celui-ci était vraiment tout aussi beau. Je l’ai avalé tellement vite ! Les chapitre défilent, les mots sont magiques. l’histoire est toute mignonne. Son univers est incroyable, et me touche énormément dans mon petit coeur. J’ai lu celui-ci dans le métro, et j’avais le sourire jusqu’aux oreilles. Les autres devaient se demander ce qui se passait ! Mais vraiment, cette lecture m’a fait énormément de bien. Je me sens chez moi dans son monde. Les personnages sont attachants, particuliers, et uniques ! C’est un véritable délice !

Il y a des petits éléments que je retiens de ce roman, comme les chocolats qui permettent d’embrasser cette fameuse fille invisible. Le perroquet si particulier. Les références à Star Wars (car Mathias Malzieu est un grand fan ! Et moi aussi d’ailleurs haha). On retrouve son monde à lui aussi à travers le skateboard. Il en parle autant dans ses livres que dans ses chansons. Bref j’accroche tout le temps. Et j’adore m’évader avec ses livres et ses musiques. Lisez-le, c’est plein de douceur, de chocolats et de paillettes !

Alexandra

Contemporain, Coups de Coeur, Jeunesse, Littérature Française

« L’Aube sera Grandiose » – Anne-Laure Bondoux (2017)

IMG_6979
Editions : Gallimard jeunesse / Sortie : 2017 / 296 Pages / 14,90€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d’un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu’elle lui a cachés jusqu’alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets… Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin.

MON AVIS

Je l’ai tout simplement dévorée ! Il faisait partie de ma pile à lire pour la Rentrée Littéraire du Net (voir mon article sur la #RLN2017) et vraiment, c’est un gros coup de coeur ! C’est un très joli récit, poétique et émouvant, entre une maman et sa fille. C’est le premier livre que je lis de cette auteure, et je pense me pencher un peu plus sur ses autres romans du coup. Car j’aime énormément sa plume.

C’est une très jolie histoire. On est embarqué avec Titania et sa fille, pendant toute une nuit, où l’histoire va de révélations en révélations. On remonte jusqu’à l’enfance de Titania, et puis au fur et à mesure, on avance dans le temps jusqu’à découvrir toute sa vie, tout ce qu’elle a vécue, ses mensonges, ses révélations, et bien entendu les réactions de sa fille à chaque entracte. Et c’est bouleversant. Comment réagir face à cette maman qui a menti toute sa vie à sa fille ? Et surtout, pourquoi ? Pourquoi tout révéler d’un coup ? Pendant toute une nuit ? Et justement cette nuit-là ? C’est vraiment très prenant !

C’est donc un joli voyage à travers le temps. une jolie saga familiale. Par contre, pour moi, ce n’est pas un roman à classer pour la jeunesse, mais plutôt pour les ados. A partir de 13-14 ans je dirai. Vraiment, si vous avez l’occasion, lisez-le, c’est une merveille. Je me suis beaucoup attachée à tous ces différents personnages de l’histoire. Chaque personnage a son caractère, sa façon de vivre et de réagir, face à tout ce qui c’est passé. Bref, j’ai adoré !

Alexandra