« These Foolish Things » – Deborah Moggach (2004)

Sans titre 1
Editions : Le Livre de Poche / Sortie : 2004 / 406 Pages / 7,10€ / Note★★★★

L’HISTOIRE

Délocaliser les vieillards ! C’est l’idée lumineuse qui va sauver le docteur Ravi Kapoor, un médecin londonien épuisé par son travail quotidien et par les soucis que lui cause son insupportable beau-père, Norman Purse, un vieux bonhomme égoïste, sans-gêne et, de surcroît, obsédé sexuel. Déjà expulsé de toutes les maisons de retraite convenables, Norman semble impossible à caser. C’est alors qu’un cousin de Ravi, un dynamique homme d’affaires, projette de créer en Inde une chaîne de maisons de retraite très « Vieille Angleterre », où des Britanniques d’âge avancé pourraient retrouver, au soleil et dans la paix, les mœurs et l’atmosphère de leur jeunesse. Dans la grande tradition de la littérature satirique anglaise, Deborah Moggach met en scène avec humour et tendresse ce petit monde dépassé par le temps, mais qui ne va pas tarder à découvrir que la vie peut encore apporter d’étranges bonheurs.

« Regardez un peu cette maison, dit-elle. On pourrait se croire en Angleterre. Mais avec du soleil. »

MON AVIS

Mais quel bonheur ! Quelle histoire ! Comme vous le savez maintenant, j’ai une réelle passion pour ce pays qu’est l’Inde, et avec ce livre, j’ai voyagée jusque la-bas et c’était magique ! J’ai visitée des temples, rencontrer des petits Indiens, rencontrer des Anglais dans leur hôtel. J’avais adoré le film (que je ne me lasse d’ailleurs pas de regarder encore et encore) avec son casting 4 étoiles ! Je voulais donc absolument lire le livre un jour. Et c’est chose faite ! Ils ont changé énormément de choses dans le film. Mais personnellement, j’ai aimé les deux, que ce soit le livre ou le film. C’était super !

Chaque pensionnaire de l’hôtel a sa propre histoire. Chacun à son excuse pour être venu jusqu’en Inde pour finir ses jours. Et certaines sont absolument improbables. Mais venant d’eux, ce n’est pas étonnant ! Ils ont chacun leur petit caractère. Au fil du temps, ils apprennent à se connaître, et deviennent de véritables amis, se connaissant chacun sur le bout des doigts. Pourquoi veillir ? C’est ce que certains tachent de comprendre. Et tentent ainsi d’en profiter jusqu’au bout, parfois jusqu’à choquer les plus jeunes !

Les hsitoires de familles sont au coeur même de ce roman. Les relations entre les aprents et les enfants ne sont pas toujours roses. Pareil pour les relations entre maris et femmes. Avons-nous vraiment fait le bon choix en épousant telle ou telle personne ? Suis-je heureux ? Certains découvrent alors en Inde une toute nouvelle vie, et plus important encore, se posent des questions et se découvrent eux-mêmes. Ils découvrent alors une personne qu’il ne soupçonnait abolsument pas être. Enorme coup de coeur pour Evelyn et le docteur Ravi Kapoor !

J’aimerais tellement aller en Inde un jour. Malheureusement ayant peur de l’avion, ça semble un peu compromis. Donc je voyage par mes lectures. Et celle-ci était absolument parfaite ! On découvre l’Inde dans tous ses aspects. Une très jolie lecture, avec des personnages très attachants. La morale de cette histoire ? On est vieux que si l’on se sent vieux. Profitez de la vie, quelque soit votre âge !

Alexandra

« Vite, ma retraite ! » – Myriam Bellecour (2017)

IMG_4832
Editions : Gaïa / Sortie : 2017 / 141 Pages / 10,00€ / Note★★★★

L’HISTOIRE

Marie, 43 ans, avocate parisienne frisant le burn-out, selon elle. En combustion permanente, selon ses proches. Il est grand temps de faire quelque chose. Partir en vacances ? trop classique. Ou alors… Qui n’a pas rêvé de prendre sa retraite à 40 ans ? Pourquoi faudrait-il attendre d’être senior pour s’occuper de soi ? Plutôt opter pour un stage en maison de retraite, en immersion totale. Un premier roman facétieux, tendre et ironique.

« Déjeuner à 11h30… C’est vite vu, je sauterai le petit déjeuner. Dîner à 17h30, c’est l’heure du goûter, ça va être plus compliqué d’envisager une choucroute à la place du muffin citron »

MON AVIS

Un livre qui se lit très vite et très facilement. Très drôle dès le début. Sans prise de tête et avec lequel on passe un super moment. L’histoire de cette jeune femme d’une quarantaine d’années, qui n’en peut plus de son travail et qui décide de passer quelques temps dans une maison de retraite. Elle veut prendre sa retraite ! Lorsqu’elle arrive là-bas, les pensionnaires évidemment ne comprennent pa pourquoi une jeune femme telle que Marie vient faire ici.

Elle va devoir s’habituer au mode de vie très décalé, aux horaires improbables des repas, aux activités incroyables proposées dans cette maison de retraite. Mais elle va vite se faire de vrais amis. Et elle ne s’y attendait certainement pas. Ella va vivre une incroyable aventure avec ces gens plus âgés qu’elle, mais qui ont sû garder leur âme d’enfant, et qui ne manque pas d’imagination quand il s’agit de s’amuser ! A découvrir d’urgence, pour un moment drôle et léger ! En bonus, je vous ai mis la citation que j’ai préférée dans ce premier roman très réussi !

Alexandra

« Tous les Hommes Chaussent du 44 » – Géraldine Barbe (2017)

IMG_4592
Editions : Le Rouergue / Sortie : 2017 / 128 Pages / 14,50€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Comment écrire un traité de l’amour parfait, quand sa propre histoire d’amour foire ? Gilda, 40 ans et plus, sujette aux emballements les plus délirants et aux échecs retentissants, n’est peut-être pas la mieux indiquée, pour donner des conseils pertinents… même si elle a tendance à jouer double jeu, même avec ses lecteurs. Un roman loufoque, vif et pertinent, sur les relations hommes/femmes.

« Les gens qu’on aime, dit-il, on les aime pour toujours, sinon c’est que ce n’était pas de l’amour. »

MON AVIS

Une jolie lecture, tout en douceur et en légèreté. C’était une lecture très rapide, en 1h30 c’était fini. C’est une histoire sans prise de tête et qui se lit très bien. Mais malheureusement, je n’ai pas été très convaincue. L’écriture ma plu, mais l’histoire en elle-même, moyennement. Je n’ai pas vu grand intérêt on va dire. Certains passages étaient beaucoup trop rapides et pas assez détaillés. C’est donc une petite déception. Et oui, ça arrive !

Par contre comme je l’ai dit, j’ai beaucoup apprécié l’écriture, qui est légère et dotée d’un bel humour. Et c’est tout de même un livre qui nous change les idées pendant un petit moment, ce qui fait aussi du bien. Je tenterais peut-être un autre de ses romans un de ces jours, pour me faire une meilleure diée de l’auteure.

Alexandra

« Nos 14 Novembre » – Aurélie Silvestre (2016)

Sans titre 1
Editions : JC Lattès / Sortie : 2016 / 276 Pages / 15,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

« C’était un vendredi, la vie était belle ». Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d’Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d’Eagles of Death Metal. A 21h46, il lui envoie son dernier texto : « ça, c’est du rock ». Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l’horreur. Matthieu ne reviendra pas. Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d’un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d’une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l’énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l’on pleure le père de l’enfant à venir ? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime ? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l’absence et la puissance de la vie qui s’accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d’amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout. Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.

« La seule chose que l’on puisse faire, c’est s’aimer plus fort. »

MON AVIS

Un texte incroyablement fort ! J’ai pleuré tout le long. J’étais d’autant plus touchée car je connaissais le mari d’Aurélie Sylvestre. Il était mon professeur de Géographie et de Mondialisation à la FAC il y a à peu près 4 ans. Et c’était quelqu’un de génial ! Un professeur hyper gentil et humain

Je l’ai lu en une soirée. Et sans pouvoir m’arrêter de pleurer. C’est d’autant plus dur lorsqu’on connait les visages. Cette femme a une force incroyable ! Une lecture puissante ! Qui donne l’envie de vivre. De survivre. D’aimer ! Je pense que tout ceux qui ont connu Mr Giroud (même en tant que professeur comme moi, je pense à tous les étudiants de Marne-la-Vallée), devraient le lire. Ça fait du bien de le lire. On oubliera jamais notre professeur. Gentil et patient. Il m’avait marqué pour ça. Je suis arrivée avec deux semaines de retard en cours (je ne rentre pas dans les détails) et contrairement à d’autres profs qui me disaient de voir avec mes camarades, lui ma tout donné et ma intégré au groupe dès le premier jour. Cela peut paraître idiot pour certains, mais j’étais à cette époque assez renfermée et timide. Alors avoir un professeur aussi pédagogue ça met en confiance. Et ça aide. Et rien que pour ce petit geste, il fait partie du petit nombre des professeurs qui ont marqué mes études. Merci !

Aujourd’hui, nous vivons malheureusement dans un monde de peur, et de cruauté. Et nous n’avons pas le choix, il faut vivre avec, faire avec. Mais il ne faut pas se laisser dominer par la peur. Je sais c’est facile à dire. Je suis la première à stresser quand il s’agit de prendre les transports, de me rendre à un concert, ou à de gros évènements. Mais l’envie est bien plus forte. Alors je surmonte cela. Vivez !!

Alexandra

« Fantastic Beasts and where to find them : The Original Screenplay » – JK Rowling (2017)

Sans titre 2
Editions : Gallimard Jeunesse / Sortie : 2017 / 320 Pages / 21,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

J. K. Rowling, créatrice de la mythique saga Harry Potter, nous invite à découvrir une nouvelle ère du Monde des Sorciers, au côté du jeune explorateur et magizoologiste Norbert Dragonneau. Revivez le film écrit par J. K. Rowling avec le texte original de l’auteur : l’intégrale des dialogues, mais aussi l’action, le jeu des personnages, les descriptions des décors, les mouvements de la caméra… Une aventure épique et fabuleuse, une grande histoire de magie et d’amitié.

« Ma philosophie est que s’inquiéter, c’est souffrir deux fois. » – Norbert Dragonneau

MON AVIS

Une très jolie façon de revivre ce film magique ! Certes, il n’apporte pas grand chose de plus que le film. Mais pour tous les fans de la saga, c’est un très bel objet livre, la couverture est magnifique, et viendra compléter votre belle collection sur Harry Potter ! Lorsque je le lisais, je revoyais exactement le film. Cela m’a fait patienter jusqu’à la sortie du DVD le mois dernier ! Il est venu fièrement orner mon étagère spéciale Harry Potter.

Il est vraiment très joli, je ne pouvais pas résister ! De plus, il se lit très vite, car ce n’est pas un roman. Il s’agit vraiment du manuscrit du film, du scénario. C’est un autre style, mais vraiment pas désaégrable à lire. On replonge avec grand plaisir dans cet univers magique ! De plus, les petites illustrations des studios MinaLima sont toujours aussi belles !

Maintenant, j’ai qu’une hâte, c’est de m’acheter (encore car je l’ai déjà), la réédition des Animaux Fantastiques, mais illustré ! Il doit être magnifique ! Avis aux collectionneurs ! 😉

Alexandra

« Beauty and the Beast : Lost in a Book » – Jennifer Donnelly (2017)

IMG_4593
Editions : Hachette / Sortie : 2017 / 300 Pages / 16,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Il était une fois, caché au cœur de la bibliothèque de la Bête, un livre très mystérieux. En le découvrant, Belle va pénétrer dans un univers fascinant. Mais ne dit-on pas que les apparences sont parfois trompeuses ? Belle retrouvera-t-elle le chemin du retour ? L’histoire pourrait bien ne jamais la laisser partir. Belle aime les livres, elle est intelligente… et prisonnière du château de la Bête. Pourtant, elle s’y sent à présent chez elle et s’est liée d’amitié avec les habitants. Quand elle découvre Nevermore, un livre enchanté, Belle se retrouve aspirée dans un monde de charme et d’intrigue. La vie de Belle entre les pages de Nevermore est trépidante. Conversations passionnantes sur fond de luxe parisien avec des personnages pleins de mystère… et même une rencontre qu’elle n’aurait jamais crue possible. Que demander de plus ? À Nevermore, Belle peut avoir tout ce qu’elle a toujours désiré. Mais un doute subsiste : que deviennent ses amis au château de la Bête ? Belle peut-elle vraiment faire confiance à ses nouveaux compagnons ? Ce monde est-il seulement réel ? Belle devra percer la vérité à jour si elle ne veut pas s’y perdre à jamais.

MON AVIS

Je vous avoue qu’étant fan de l’univers et de l’histoire, je n’ai pas pu résister, je l’ai acheté tout de suite ! Déjà, rien que la couverture est sublime, je la trouve envoûtante ! De plus, je collectionne un peu tout sur le thème de La Belle et la Bête (je ferais certainement un article dessus bientôt), donc quoi de mieux qu’un nouveau livre ? Et puis, Belle est la Princesse que je préfère.

J’ai trouvé ce roman plutôt original ! Je ne m’attendais pas du tout à cela ! C’était très divertissant et très intéressant. Je pense que tous les fans de La Belle et la Bête devraient le lire. Il ne gâche absolument pas l’histoire de base que l’on connaît. On découvre de nouveaux personnages, pas tous très attachants (ceux qui l’ont lu me comprendront haha), de nouveaux décors, une toute nouvelle histoire !

La relation entre Belle et la Bête, bien que peu détaillée, nous laisse entrevoir les sentiments de chacun des deux. Belle est perdue, et veux partir de cet horrible château, partir loin de la Bête, bien qu’elle s’netende très bien avec les habitants, et retrouver son père. Lorsqu’elle découvre un tout nouveau monde en plongeant dans le livre Nevermore, elle n’a qu’une seule idée en tête, y rester ! Mais Nevermore et ses habitants sont-ils bien ceux qu’ils prétendent être ?

En tout cas, c’était un très grand plaisir de retrouver cet univers, et ces personnages que j’aime tant ! Surtout Lumière et le petit Zip qui est à croquer ! C’était magique ! De plus, les chapitres sont courts, ce qui fait qu’on les enchaine assez vite, on veut toujours savoir la suite ! Une histoire donc originale, et pleine de magie.

Alexandra

Collection – Jane Austen

Voici un petit article pour vous présenter une première collection : Jane Austen ! Fan de cet univers depuis trèèèès longtemps, je lis et relis les livres avec grand plaisir, et lis même les réécritures et petites suites qui sont faites aujourd’hui. Je collectionne particulièrement des ouvrages sur l’univers du livre « Orgueil et Préjugés » qui est mon livre favoris !

IMG_4405

DVD : Orgueil et Préjugés / Raison et Sentiments / Jane Austen Book Club / Jane Austen L’Intégrale (qui contient les séries BBC Orgueil et Préjugés, Northanger Abbey, Mansfield Park, Emma, Raison et Sentiments & Persuasion).

Romans / Réécritures :

  • Jane Austen : L’Intégrale Illustré
  • Orgueil et Préjugés (3 éditions différentes)
  • Du Fond de Mon Coeur
  • Mes Souvenirs de Jane Austen
  • De Darcy à Wentworth
  • Le Mystère de Willoughby
  • Darcy, what else ?
  • Coup de Foudre à Austenland
  • La Quête de Mary Bennet
  • Insaississable Mr Darcy
  • Avec ou sans Mr Darcy ?
  • La Conquête de Mr Darcy ?
  • Le club Jane Austen
  • Confessions d’une fan de Jane Austen
  • La mort s’invite à Pemberley
  • Une saison à Longbourn

IMG_4410

Collection Milady :

  • Le Journal de Mr Darcy
  • Le Journal du Colonel Brandon
  • Le Journal de Mr Knightley
  • Cher Mr Darcy
  • Darcy Gentleman : Tome 1 : Une telle assemblée
  • Darcy gentleman : Tome 2 : En vain ai-je lutté
  • Darcy gentleman : Tome 3 : Un mot de vous
  • Le manuscrit perdu de Jane Austen
  • Les filles de Mr Darcy
  • Les aventures de Miss Alethea Darcy
  • L’Esprit Darcy
  • Le Rêve de Mr Darcy
  • Chroniques de Meryton
  • Caroline Bingley

Et vous, avez-vous des collections ? Lesquelles ? Aimez-vous Jane Austen ?

Alexandra

« A Long Way Home » – Saroo Brierley (2013)

17992155_1669130426727306_5177543441725685996_n
Editions : City / Sortie : 2013 / 256 Pages / 17,90€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

C’est un jour comme un autre dans la vie de Saroo. Le garçon, âgé de cinq ans, est dans une gare du fin fond de l’Inde en train de ramasser quelques pièces lorsqu’il monte dans un train à quai. Le lendemain, Saroo se réveille à Calcutta. Dans l’immense ville, il est complètement seul, sans aucun papier. Il est recueilli par un orphelinat où, quelques mois plus tard, un couple d’Australiens va l’adopter. Saroo grandit, mais, depuis l’Australie, il pense toujours à sa famille biologique. Pendant 25 ans, il scrute les rues et les villages indiens sur Internet, à la recherche d’images familières. Et là, le miracle se produitL’orphelin va alors se lancer dans un long voyage pour enfin retrouver sa mère et rentrer à la maison.

« Voilà vingt-cinq ans que je pense à ce jour. J’ai grandi à l’autre bout du monde, avec un nouveau nom, dans une nouvelle famille, en me demandant si je reverrais un jour ma mère, mes frères et ma sœur. Et me voici aujourd’hui devant une porte, au coin d’un bâtiment délabré, dans un quartier pauvre d’une petite ville poussiéreuse de l’Inde centrale ; le lieu où j’ai passé mon enfance. »

MON AVIS 

J’ai finalement décidé de commencé par celui-ci pour mon challenge d’Avril (voir article). Et oh mon Dieu ! J’avais été très chamboulée devant le film (voir mon avis). Et l’histoire m’avait fascinée et très impressionnée ! J’avais fait plein de recherches sur Saroo et vu plein de vidéos. Je voulais en savoir plus. Quand j’ai appris que Saroo, le héros de cette histoire, avait écrit son histoire, je n’ai pas hésité. Je me suis tout de suite acheté le livre.

Je l’ai lu en 2 jours ! C’est incroyable ! J’ai ressenti les mêmes émotions que pendant le film. C’est dur, triste, et émouvant ! Ce petit Saroo a vécu une histoire hors du commun. Il est l’exemple même du courage et de la volonté. Son témoignage est bouleversant. On se rend compte que certains passages ont été un peu modifié dans le film, mais d’autres trouvent plus de détails dans ce témoignage. Il avait beau n’avoir que 5 ans lorsqu’il s’est perdu, il garde en mémoire des détails impressionnants de ce qu’il a vécu dans la rue et dans ce fameux train qui l’a emporté si loin de chez lui.

Lorsqu’il évoque toute la recherche qu’il a mené pendant près de 5 ans il me semble, je ne pouvais plus lâcher le livre. Les pages défilaient sans que je m’en rende compte. Même si je connaissais la suite, j’était entrainée avec lui dans ces recherches, je voulais qu’il retrouve sa famille ! Je n’imagine même pas ce qu’il a dû ressentir lorsqu’il a finalement réussi à retrouver sa ville natale grâce à Google Earth ! Comme quoi Internet a du bon ! Sans Google et sans Facebook, il n’y serait peut-être jamais parvenu !

C’est un témoignage qui ne laisse clairement pas indifférent. On y voit la pauvreté de certains quartiers en Inde, la vie de violence et de peur que vivent les enfants là-bas, principalement quand ils sont livrés à eux-mêmes. C’est vraiment abominable, de savoir ça, ça me met hors de moi. Si je pouvais faire quelque chose, je le ferais. Peut-être donner de l’argent aux associations qui viennent en aide à ces enfants indiens. J’ai vu qu’il en existait. Et nous parfois qui nous plaignons pour un rien… Je vous assure que ça donne à réfléchir. On ne peut pas rester de marbre face à une telle situation, ni devant tous ces enfants, ni devant l’histoire de Saroo. Ce qui m’a surtout impressionnée, c’est la fin, lorsqu’il raconte qu’il a refait tout son voyage quand il avait 5 ans, tout son voyage lorsqu’il était perdu. La façon dont il raconte cela est bouleversanteUn livre que je vous recommande fortement. Saroo est incroyable !

Alexandra

Club de Lecture N°1 : « Livres adaptés au Cinéma »

sans-titre-2-copie.png

C’est parti pour le tout premier club de lecture ! Vous aviez le choix entre 4 livres, dont voici la sélection :

sans-titre-4-copie

« Il y a un rythme dingue, des personnages antipathiques mais réalistes avec tous de sacrés failles et problèmes. Du coup on en vient à douter de chacun d’eux et c’est génial. » – UneMalleDesLivres

sans-titre-4-copie-copie-copiesans-titre-6-copie-copie-copie

« Je me souviens en être sortie assez mitigée. Le début était sacrément long. Surtout je n’avais pas du tout aimé la façon dont l’auteur traite le deuil. cela m’avait laissé totalement de marbre. Pourtant, je suis vraiment bon public. Mais là ça ne l’a tout simplement pas fait avec moi. Je retentirais peut-être un jour la lecture d’un livre de Foenkinos mais ce ne sera pas pour tout de suite. Bizarrement j’ai largement préféré le film pour celui-ci ». – UneMalleDesLivres

sans-titre-4-copie-copie-copie

Lequel, ou lesquels avez-vous lu ? Et pourquoi ? Quels sont vos avis ? Je les attend en commentaires 😉 N’hésitez pas à me donner des passages que vous avez aimés, ou au contraire, moins appréciés. Certains avis, s’il y en a, seront postés sous les présentations des ouvrages. Bon dimanche à tous !

Alexandra

« Se questo è un uomo » – Primo Levi (1947)

couv67404363
Editions : Pocket / Sortie : 2003 (Réédition) / 272 Pages / 6,30€ / Note★★★★

L’HISTOIRE

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état du malheur. Peu l’on prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.

« C’est curieux comme, d’une manière ou d’une autre, on a toujours l’impression qu’on a de la chance, qu’une circonstance quelconque, un petit rien parfois, nous empêche de nous laisser aller au désespoir et nous permet de vivre. »

MON AVIS

Cela faisait longtemps que je me disais qu’il fallait que je lise ce classique, historique ! Mon frère m’a donc prêté son exemplaire de Primo Levi. Alors je vais commencer par le petit point qui m’a gêné : l’écriture. J’ai eu assez de mal à le lire. C’était très très lent. Mais sinon c’est juste incroyable ! Je pense qu’on ne se rend pas compte de ce que ces gens ont vécu dans ces camps, jusqu’à ce qu’on lise leur témoignage. C’est puissant, et très fort ! Tous les détails, tous les évènements qu’il a vécu là-bas avec ces camarades d’infortune, c’est malheureux, effrayant, scandaleux, révoltant ! C’est un témoignage bouleversant, et qui ne laisse évidemment pas indifférent. Il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur de ces camps, et pourtant, Levi pose ces mots avec beaucoup de recherches et de coeur. Cela a dû être difficile d’écrire tout cela.

Alexandra