Classique, Coups de Coeur, Historique, Littérature Anglophone, Témoignage

« Angela’s Ashes » – Frank McCourt (1996)

IMG_6421
Editions : Pocket / Sortie : 1996 / 537 Pages / 8,20€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Franck McCourt est né à Brooklyn en pleine Dépression, de parents irlandais récemment immigrés : sa mère, Angela, vient du Sud, et son farouche patriote de père, Malachy, du Nord. Leur première rencontre, un « tremblé de genoux« , annonce une longue série de grossesses pour Angela. Mais il n’y a pas d’argent pour nourrir les enfants, et les rares fois où Malachy travaille, il boit son salaire aussitôt après. Quand meurt la petite soeur de Franck, Angela et Malachy, accablés de chagrin, décident de retourner en Irlande. Mais les ruelles crasseuses et humides de Limerick font rétrospectivement paraître Brooklyn comme une sorte de paradis. Avec des pièces de pneus de bicyclette clouées à ses chaussures en guise de semelles, une tête de cochon pour le repas de Noël et du charbon ramassé sur le bas-côté des routes pour allumer le feu du foyer, Franck supporte la plus misérable des enfances, mais survit pour raconter son histoire avec exhubérance et, chose remarquable, sans la moindre rancune. Superbement écrit, Les Cendres d’Angela a été salué comme un véritable phénomène littéraire.

« Quand je revois mon enfance, le seul fait d’avoir survécu m’étonne. Ce fut, bien sûr, une enfance misérable: l’enfance heureuse vaut rarement qu’on s’y arrête. Pire que l’enfance misérable ordinaire est l’enfance misérable en Irlande. Et pire encore est l’enfance misérable en Irlande catholique. Partout les gens se vantent et se plaignent des tourments de leurs jeunes années, mais rien ne peux se comparer à la version Irlandaise : La pauvreté, le père alcoolique, bavard et fainéant, la mère pieuse et résignée, qui gémit près du feu; les prêtres pompeux, les maîtres d’école tyranniques, les Anglais et les horreurs qu’ils nous ont infligées durant huit cent longues années. »

MON AVIS

J’avais tout d’abord vu le film qui porte le même nom (film d’ailleurs avec Robert Carlyle et oui encore et toujours lui haha). Et j’avais été très émue par cette histoire. Du coup je voulais absolument me mettre aux livres de l’auteur, qui raconte sa propre enfance en Irlande. Une enfance dans la pauvreté et la misère. Tout ce qu’a vécue sa famille ! C’est juste atroce ! Les maladies, les pertes d’enfants, le manque d’argent, de nourriture… C’est tellement triste !

Et l’auteur n’épargne absolument rien de ce qu’il a pu vivre dans son enfance. Il nous parle de sa mère (qui est au coeur de cette histoire), sa pauvre mère qui voit disparaitre ses enfants, qui doit supporter les maladies, qui a parfois du mal à se remettre d’une perte, qui doit aussi supporter son mari alcoolique, qui perd toujours son travail, jusqu’au jour où celui-ci trouve du travail en Angleterre et ne reviendra plus. Il nous parle de ses frères et soeurs, de ceux qu’il a perdu, et de leurs péripéties dans les rues de leur petite ville, Limerick.

C’est une lecture extrêmement émouvante, qui nous fait penser la vie autrement. Que beaucoup de personnes se plaignent pour un rien. Alors que d’autres, au contraire, n’ont rien, et vivent avec. Lecture d’autant plus poignante que l’auteur nous raconte son enfance à travers ses yeux d’enfant. Il nous raconte tout ce qu’il pensait à cette époque, parfois avec une telle innoncence que c’est très mignon. Avec tout ce qu’il a vécu, il arrive tout de même à nous parler d’espoir et de réussite. Après tout, il voulait partir en Amérique. Il a réussi, et est par la suite devenu professeur, puis écrivain. L’écriture est tellement fluide et belle, que je ne voulais plus lacher le livre

J’aimerai beaucoup lire la suite, Une enfance irlandaise : Tome 2 : C’est comment l’Amérique ? Malheureusement je ne le trouve pour l’instant nul part. Quant au troisième tome, c’est pareil haha. J’espère un jour mettre la main dessus. Une très jolie lecture en tout cas !

Alexandra

Publicités
Austenland, Classique, Coups de Coeur, Littérature Anglophone, Romance

« Pride and Prejudice » – Jane Austen (1813)

IMG_6372
Editions : Le Livre de Poche, Archipoche / Sortie : 1813 / 512 Pages / 6,60€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Longbourn, dans le HertfordshireMrs Bennet est déterminée à marier ses cinq filles afin d’assurer leur avenir. Lorsqu’un riche jeune homme loue le domaine voisin de Netherfield, elle espère vivement qu’une de ses filles saura lui plaire et met tout en œuvre pour arriver à ses fins. Elizabeth observe avec ironie les manigances de sa mère. Si elle apprécie le charmant Mr Bingley, elle est tout d’abord irritée par le comportement dédaigneux de son ami, le fier Mr Darcy.

“Vous êtes trop généreuse pour vous jouer de moi. Si vos sentiments sont encore ce qu’ils étaient en avril dernier, dites-le moi tout de suite. Mes sentiments et mes vœux, eux, n’ont pas changé, mais un mot de vous m’imposera silence pour toujours”.

MON AVIS

Mon livre favoris depuis des années !  Comment ne pas aimer cette histoire si romantique ? Quelle fille n’a jamais craquée sur Mr Darcy, si énigmatique et si attirant ? Je crois que ça fait longtemps que je suis tombée sous son charme, je suis clairement amoureuse de lui ! Mes amies le savent bien haha. Et Elizabeth Bennet est un des personnages les plus complexes de la littérature. Je l’adore, elle a un caractère atypique, très appréciable. J’adore lire ce roman encore et encore. Jane Austen est formidable ! Un chef d’œuvre ! C’est simple, c’est le seul livre que je ne range pratiquement jamais dans ma bibliothèque, je l’ouvre très souvent. C’est tout mon univers. Cette histoire, ce livre, ça a changé ma vie. J’aime l’écriture de l’époque, avec son vocabulaire, ses expressions, découvrir également les manières et conventions du XVIIIe siècle. Et en plus, en Angleterre, pays qui me passionne ! Une merveille littéraire qui ne vieillit pas !

Alexandra

BD / Comics, Classique, Coups de Coeur

« Preacher : Book 3 » – Garth Ennis & Steve Dillon (1996)

IMG_5913
Editions : Urban Comics (Vertigo Essentiels) / Sortie : 2016 (Date de l’intégrale) / 392 Pages / 28,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Parmi les personnages qui peuplent le quotidien de Jesse Custer, il en est deux des plus énigmatiques : le Saint des Tueurs et Cassidy. Des grands espaces de l’Ouest américain aux tréfonds de l’Enfer, le premier, ancien combattant de la guerre de Sécession, talonne le révérend sans pour autant révéler ses véritables motivations. À des kilomètres de là, le second, vampire irlandais depuis 1916, pose ses valises à la Nouvelle Orléans et croise, pour la première fois en soixante-quinze ans, la route d’un homme de son espèce, Eccarius.

IMG_6316
Preacher (1996)

MON AVIS

Je confirme donc ce que je disais dans l’article juste en dessous. Cette série s’améliore à chaque fois ! Je suis tellement contente de ces rééditions en intégrale ! Ils sont supers ! Dans ce 3e volet nous avons l’histoire complète du Saint des Tueurs. on apprend comment et pourquoi il est devenu ainsi. Ce qu’il cherche à venger. Et pourquoi il en a après Jesse Custer. Mais c’est aussi le retour du personnage d’Arseface ! Et sa tête si… étrange haha. Les retrouvailles sont énormes ! J’ai adoré ! Mais c’est aussi l’arrivée de nouveaux personnages encore une fois. Cassidy est toujours aussi fun ! Qu’est-ce que je peux aimer ce personnage ! Et on découvre que d’autres personnes sont comme lui. Mais n’ont pas du tout les mêmes mentalités. La relation entre le trio s’échauffe parfois : des mensonges, des vérités, des points sur les « i »… Je me suis tellement attachée à eux. J’ai hâte de les lire le prochain tome (qui m’attend déjà gentiment sur ma table de chevet). Oh et ce qu’il y a de bien aussi dans ces rééditions, c’est qu’ils ont intégré les couriers des lecteurs. Et je ne me lasse pas de les lire. C’est génial ! En tout cas, c’est pour l’instant le tome que j’ai préféré !

Vous pouvez relire ma chronique du Tome 1 ICI et du Tome 2 ICI !

Alexandra

BD / Comics, Classique, Coups de Coeur

« Preacher : Book 2 » – Garth Ennis & Steve Dillon (1996)

IMG_5912
Editions : Urban Comics (Vertigo Essentiels) / Sortie : 2015 (Date de l’intégrale) / 424 Pages / 28,00€ / Note★★★★★

L’HISTOIRE

Le voyage épique du révérend Jesse Custer et de ses acolytes se poursuit, des belles demeures de San Francisco au coeur des Alpes françaises ; sans oublier, bien sûr, quelques passages obligés dans les bars poisseux de la Grosse Pomme. La route vers le Dieu fugitif est longue et pavée d’embûches, les mauvaises surprises se succèdent, et parmi elles, le kidnapping du cinglant Cassidy par le Graal ne simplifie en rien la progression du groupe. (Contient Preacher #13-26).

IMG_6315
Preacher (1996)

MON AVIS

C’est dingue comme cette série s’améliore au fur et à mesure de la lecture !! Je ne remercierais jamais assez les deux créateurs (que j’admire beaucoup) pour cette histoire ! Je suis complètement fan ! Ce deuxième tome est exceptionnel ! La relation entre Jesse et Tulip prend de plus en plus d’importance, on en sait toujours d’avantage. La relation est complexe et c’est ce qu’il me plait. Quant à a Cassidy ! Que dire de lui ? C’est clairement le personnage que je préfère (dans la série sur AMC également). Il est parfait ce vampire irlandais. Et dans ce tome il raconte son histoire, on comprend comment il est devenu tel qu’il est, pourquoi et quel est sont parcours depuis tout ce temps ! C’était génial ! Vraiment ! Et la découverte des nouveaux personnages qui vont venir bouleverser tout ce petit monde ! Bon par contre, je n’apprécie pas ce qu’ils ont fait à Cass ! On ne touche pas à Cass les gars ! OK ? Les dessins sont toujours aussi beaux, précis et réalistes ! Je suis fan des comics (ceux qui me connaissent bien le savent haha) et cette saga fait clairement partie de mes favorites ! Lisez-les ! Et regardez la série qui est une tuerie !

Vous pouvez relire ma chronique du Tome 1 ICI !

Vous pouvez relire ma chronique du Tome 3 ICI !

Alexandra

BD / Comics, Classique, Coups de Coeur, Marvel

« Nous Sommes les Gardiens de la Galaxie » – Collectif (2017)

18952998_1688949441412071_5152802486538708124_n
Editions : Panini (Marvel Anthologie) / Sortie : 2017 / 320 Pages / 22,00€ / Note :  ★★★★★

L’HISTOIRE

Groot a été imaginé à l’époque de Timely Comics, Star-Lord a été créé par Chris Claremont, Rocket Raccoon a vu le jour dans un comic book en noir et blanc… Découvrez toutes les anecdotes sur les Gardiens de la Galaxie au travers d’articles et d’une sélection de récits tirés de leur longue carrière. (Contient les épisodes Tales to Astonish 13, Marvel Super-héroes 18, Marvel Two-in-One 5 & 69, Marvel Presents 3, Rocket Raccoon (1985) 1, Guardians of the Galaxy (1990) 1, Marvel Holiday Special 1993, Warlock & the Infinity Watch 14, Guardians of the Galaxy (2008) 1, Guardians of the Galaxy (2008) 0,1-1, Tomorrows Avengers (I-II), 10 et Annual 1 publiés précédemment dans les albums MARVEL VINTAGE : ROCKET RACCOON, MARVEL CLASSIC : LES GARDIENS DE LA GALAXIE 1969-1977, 1978-1980 et 1990, MARVEL DELUXE : LES GARDIENS DE LA GALAXIE 1 et MARVEL NOW : LES GARDIENS DE LA GALAXIE 1-3, la revues TITANS 182 et 1 inédit).

IMG_5218

IMG_5217
Nous Sommes Les Gardiens de la Galaxie (2017)

MON AVIS

Tout d’abord, je tiens à remercier Stéphanie, car c’est elle qui m’a offert ce comics pour mon anniversaire ! Elle me connait bien, moi et ma passion pour les comics haha ! Merci énormément Steph !

C’était juste génial comme lecture ! Tout d’abord parce-que je suis fan de l’univers Marvel et des Gardiens de la Galaxie. Mais aussi parce-que j’ai appris énormément de choses. J’ignorais vraiment pas mal de choses sur cette histoire des Gardiens. Et cette anthologie retrace vraiment bien l’histoire de leur création jusqu’à aujourd’hui avec la sortie du second volet d eleurs aventures au cinéma.

J’ai donc appris qu’au départ, Groot parlait, que les gardiens n’étaient pas les personnages que nous connaissons aujourd’hui, mais des personnages totalement différents, et pour lesquels j’ai eu un coup de coeur. Même à leur tout début, ils étaient vraiment top ! Ce n’est qu’à partir des années 2007 il me semble que les personnages actuels ont formé leur petit groupe. Et c’est également à partir de cette période que l’humour que nous connaissons (notamment de Peter et Rocket) est apparu dans les comics.

A donc lire d’urgence pour tous les fans, et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le sujet. De plus, les articles sont vraiment bien expliqués, les récits choisis sont géniaux, et la couverture est à tomber ! Je pense que je me prendrais d’autres tomes de la collection « Je suis… ». Ces anthologies sont superbes !!!

Alexandra

Classique, Historique, Littérature Italienne, Témoignage

« Se questo è un uomo » – Primo Levi (1947)

couv67404363
Editions : Pocket / Sortie : 2003 (Réédition) / 272 Pages / 6,30€ / Note★★★★

L’HISTOIRE

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état du malheur. Peu l’on prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.

« C’est curieux comme, d’une manière ou d’une autre, on a toujours l’impression qu’on a de la chance, qu’une circonstance quelconque, un petit rien parfois, nous empêche de nous laisser aller au désespoir et nous permet de vivre. »

MON AVIS

Cela faisait longtemps que je me disais qu’il fallait que je lise ce classique, historique ! Mon frère m’a donc prêté son exemplaire de Primo Levi. Alors je vais commencer par le petit point qui m’a gêné : l’écriture. J’ai eu assez de mal à le lire. C’était très très lent. Mais sinon c’est juste incroyable ! Je pense qu’on ne se rend pas compte de ce que ces gens ont vécu dans ces camps, jusqu’à ce qu’on lise leur témoignage. C’est puissant, et très fort ! Tous les détails, tous les évènements qu’il a vécu là-bas avec ces camarades d’infortune, c’est malheureux, effrayant, scandaleux, révoltant ! C’est un témoignage bouleversant, et qui ne laisse évidemment pas indifférent. Il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur de ces camps, et pourtant, Levi pose ces mots avec beaucoup de recherches et de coeur. Cela a dû être difficile d’écrire tout cela.

Alexandra

Aventure, Classique, Littérature Anglophone, Science-Fiction

« Watership Down » – Richard Adams (1972)

img_3873
Editions : Monsieur Toussaint Louverture / Sortie : 2016 (nouvelle réédition) / 544 Pages / 21,90€ / Note★★★★★

L’Histoire

Cessant d’être les Jeannot de notre enfance et le gibier des Raboliot, voici que les lapins deviennent pour la première fois les héros d’une épopée. Ce récit a la simplicité des grands mythes. Comme eux, il est tissé de symboles : le sang versé, l’herbe rase et l’herbe haute. L‘oiseau noir et l’oiseau blanc, le grand chien qui vous pourchasse et qui vous sauve sans le savoir, l’eau qui noie ou qui vous porte, la « grande eau » que les lapins n’ont jamais vue et dont ils rêvent, et enfin ces innombrables petites fleurs des champs, avec lesquelles ils entretiennent une amitié complice et gourmande, incarnations fugaces du temps qui passe et de la Mort, leur éternelle compagne. Fable ? Œuvre de moraliste ? Livre de sagesse ? Richard Adams a simplement raconté une histoire – mais en lui prêtant une telle fraîcheur, une telle poésie et tant de mystérieux échos que nous croyons reconnaître une odyssée venue du fond des siècles. A nous de l’interpréter à notre façon, ou mieux de la lire avec des yeux d’enfant.

download

« Le Maître de garenne se faisait appeler Padi-shâ, ce qui veut dire « Sire Sorbier ». Je ne sais pourquoi, on disait « le » Padi-shâ, peut-être parce qu’il n’y avait qu’un seul sorbier des oiseleurs aux abords de la garenne. Il devait son rang non seulement à la vigueur dont il avait été doué dans ses jeunes années, mais aussi à sa pondération, à un caractère réservé qui contrastait fortement avec la nature impulsive dont font preuve la plupart des lapins. »

Mon Avis

J’avais entendu parler de ce livre en cours. Et avec une amie, ce fut une lecture commune (si vous voulez aller faire un tour sur son blog, c’est par ICI). Ce roman est d’une originalité incroyable ! C’est la première fois que je lis une histoire dont les personnages principaux sont des animaux. Ici, ce sont des lapins. Et c’est incroyable comme on s’y attache à ces petits lapins ! A la fin du roman, j’étais triste de devoir les quitter. Je voulais que l’histoire continue encore et encore (alors que c’est déjà un gros pavé). Généralement quand ça fait ça, c’est bon signe haha ! C’est une aventure incroyable, une belle épopée ! Et puis c’est sympas de voir comment les lapins vivent, comment ils font pour survivre de jour en jour. On veut savoir ce qu’ils vont faire dans telle ou telle situation. C’est un roman pour petits et grands. C’est à la fois un roman d’aventure mais aussi un peu science-fiction je dirais. C’est absolument palpitant ! C’est un peu comme Walking Dead, mais avec des lapins. Ils sont livrés à eux-mêmes, dans une nature hostile, avec des ennemis. Si le début est peut-être un peu long, quand l’histoire démarre vraiment, c’est tout simplement impossible de le lacher ! Il se dévore !

014

Alexandra